Retour à tous les articles

13 décembre 2021

Alumni Story: Jordane Lelong, passer de l’évènementiel dans la musique à l’UX/UI

Ironhack

Développement Web

Alumni

Il y a des parcours de vie linéaires et des gens qui ont toujours su ce qu’ils voulaient faire. Jordane Lelong ne fait nullement partie de ces catégories.

Entre passion, questionnements et quête personnelle son histoire est comme celle de chacun d’entre nous: unique. Étudiant(e) ou professionnel(le) en reconversion, vous vous retrouverez peut-être dans ce qu’elle raconte. Que ce soit le cas ou non, ce qui est certain, c’est que son histoire ne vous laissera pas indifférent. 

Et pour ceux qui, comme elle, sont un peu perdus pour trouver leur “voie”, nous vous invitons à découvrir les excellents conseils qu’elle a si bien partagés à la fin de cet article.

De la formation à la passion

Jordane est une jeune femme de 28 ans, passionnée de musique et de voyages “même si c’est un peu compliqué pour voyager en ce moment”. Product designer chez Free depuis juillet dernier et co-fondatrice de “UX Challenger” qu’elle a monté avec une autre Ironhackeuse, Morgane Favchtein, aujourd’hui Jordane semble vraiment épanouie. Pourtant il n’en a pas toujours été ainsi.

Comme beaucoup, elle s’est vue poser la question, à 18 ans, de ce qu’elle souhaitait faire de sa vie sans avoir aucune idée de comment choisir. Son goût pour l’école étant limité “sauf pour l’anglais, l’art plastique et l’informatique” et sans vraiment personne pour l’aider, elle s’est rabattue sur un choix “sécurisant”: celui d’un parcours en commerce international “car il y a plus d'opportunités dans cette branche.”. Sauf que voilà, quelques années plus tard et un master en poche, ses questions étaient toujours là et aucun des métiers sur lesquels ses études pouvaient déboucher ne lui plaisaient.


Jordane, aussi créative que passionnée, s’est donc orientée vers le seul environnement qui l'attirait vraiment: celui de la musique. S’en sont suivis 6 années en tant que responsable d'événements à organiser des concerts partout à l’étranger. Mais loin d’une vie de rêves, intermittente du spectacle, c’est beaucoup de dévouement, de difficultés et de sacrifices auxquels elle a dû faire face. Début 2020, un burnout et un premier confinement plus tard, son job et sa santé y sont passés. Il était donc temps de “réfléchir à ce je voulais faire de ma vie”.

S'inspirer des autres

Au-delà de son incroyable personnalité et de sa créativité avérée, ce qui est frappant chez Jordane c’est son indépendance et son besoin de liberté.

Rien d’étonnant donc, à ce qu’en fouillant sur les réseaux sociaux, elle soit attirée par des vidéos de femmes expliquant comment ne pas dépendre du salariat. Et c’est donc là, que pour la première fois, elle entend parler de web design et de son futur métier. 

Petit à petit, Jordane se forme à des outils “no code” et commence à créer ses premiers sites pour des amis. Fin 2020, non seulement elle s’y retrouve financièrement grâce à plusieurs projets et clients mais surtout elle se découvre un nouvel intérêt croissant pour le web design et les problématiques de l’UX/UI.

Grâce à sa soif d'apprentissage et sa curiosité illimitée, Jordane a réussi en quelques mois à faire complètement pivoter sa carrière, alors pourquoi se lancer dans un bootcamp en étant si bien (re)partie ?

La réponse vous la connaissez sûrement. Il est parfois vraiment difficile de lutter contre son syndrome de l’imposteur et réussir à penser que l’on est légitime à intégrer un nouveau secteur ou un nouveau métier. C’est donc pour cela qu’elle a rejoint Ironhack, pour se faire accompagner, pouvoir apprendre les bases et les appliquer sur des projets concrets mais aussi rejoindre une communauté de passionnés.

Des hésitations et des peurs elle en a eu un paquet :

  • 3 mois c’est court, qu’est ce qu’il va se passer après?

  • Je suis une femme, est-ce que j’ai vraiment ma place ici?

  • Et si j'échoue dans ce domaine?

Devenir une Ironhackeuse

Cependant, grâce à sa détermination et l’aide d’une bourse Indeed, créée exprès pour les personnes ayant perdu leur emploi suite à la crise du covid, elle intègre rapidement le bootcamp. A partir de ce moment-là, tous ses doutes se sont évaporés : la théorie associée chaque jour à la pratique a été sa formule magique. 

Elle a appris à se faire confiance en exerçant, en “mettant les mains dedans” et surtout en voyant à quel point jour après jour elle était capable de progresser. Sans oublier le fait que, chez Ironhack, on apprend en groupe. Avoir du feedback, pouvoir partager ses interrogations et recevoir du soutien quand tout ne va pas bien ont été pour elle des éléments indispensables à son apprentissage.

Savoir-faire et savoir-être sont les deux clefs qui lui ont permis de déverrouiller la porte vers la confiance en elle qu’il lui manquait.

Ce qu’elle répond quand on lui demande ce que le bootcamp lui a apporté ? 

“J’en suis sortie boostée. J’étais une nouvelle personne, préparée à cette nouvelle aventure qui s’offrait à moi. [...] Ironhack m’a appris que je suis capable de partir de rien et d’aller loin. [...] J’ai vraiment mal vécu mon départ du milieu de la musique à cause de mon burn out, mon monde s’est effondré et avec le bootcamp je me suis prouvée que je n’étais pas un vieux dinosaure qui ne pouvait plus rien faire, bien au contraire. On pense trop souvent qu’on est trop vieux pour apprendre de nouvelles choses, changer de carrière, monter une entreprise mais pas du tout. De manière générale, les habitudes conditionnent trop nos façons de faire et d’appréhender les changements. Il faut avoir un bon environnement et un bon état d’esprit pour apprendre de nouvelles choses, c’est ce que m’a apporté Ironhack”.

                                       

Rester fidèle à elle-même

Jordane a finalement concilié sa vie de freelance et une vie de salariée en rejoignant une agence quelques semaines à peine après le bootcamp puis, aujourd’hui, le groupe Free : “je ne pensais pas trouver un job aussi rapidement. Ironhack a une très bonne notoriété dans le milieu de l’UX et les entreprises sont impressionnées de voir le travail qu’on arrive à faire en 9 semaines. Je me suis sentie en confiance pour parler de mon parcours et je n’avais pas du tout honte en sortant alors que je n'avais pas un profil spécialisé.”

Pour rester alignée avec ses convictions (NDLR: elle est vegan depuis 8 ans et pratique le “0 déchet”), elle s'était donné pour mission d'accompagner des entrepreneurs dans le domaine de l’écologie, de la santé ou encore du bien-être.

Finalement, son utilité, elle la trouve non seulement dans ces projets mais également chez Free, au quotidien. Son métier consiste à avoir une démarche plus responsable vis-à-vis de l’utilisateur, le remettre au centre de la stratégie pour que “la tech soit au service de l’humain et non l’inverse.”

On pourrait croire qu’avec tout cela Jordane est déjà assez occupée mais c’est mal la connaître. Comme si ça ne suffisait pas, elle a monté un projet de bénévolat “UX Challenger” avec une autre Ironhackeuse, Morgane Favchtein, rencontrée pendant la formation pour “redonner ce dont elle a bénéficié". Le principe est simple : 1 pitch = 1 projet. A elles deux, elles lancent régulièrement des “design challenges” pour que les jeunes designers puissent s’entraîner et leur offrent du mentorat après la remise du projet. “Les designers en devenir sont super contents d’avoir du feedback constructif qui va les faire progresser”.

La spontanéité est essentielle

Comme vous l’aurez compris, son envie d’aider n’a d’égal que sa passion pour son métier. C’est donc ici que nous partageons avec vous ces conseils qu’elle a si bien formulés :

“Si je m’étais rencontrée à l’époque où j’étais perdue, je me serais dit : arrête de trop réfléchir et aie confiance en toi. C’est trop facile de se comparer aux gens surtout sur les réseaux sociaux, il faut provoquer sa chance et se lancer. Ironhack c’était presque un coup de tête mais je n’avais rien à perdre. Au début, je me sentais mal de prendre une décision aussi vite mais, en fait, il faut de la spontanéité pour bousculer les choses. Si on m’avait dit il y a un an où j’en serais aujourd’hui j’aurais rigolé.

Lorsque le bootcamp se termine on continue d’apprendre, c’est à ce moment là que le travail commence vraiment. Ensuite c’est un apprentissage différent, on se confronte à la réalité, à des problématiques business, on doit composer avec toutes les parties de l’entreprise. Il faut se dire que chaque occasion est bonne pour s’améliorer. C’est comme ça qu’on apprend à savoir qui on est et ce qu’on veut faire, ou non.”

Vous souhaitez faire comme Jordane?

Commencez votre parcours UX/UI, développeur web, data analyste ou cybersécurité dès aujourd'hui en suivant l'un des Bootcamps d'Ironhack. Nos cours vous permettront d'acquérir les compétences essentielles pour vous lancer dans une carrière dans le secteur dynamique et passionnant de la tech.

Articles Similaires

Prêt à rejoindre ?

Plus de 10,000 personnes en réorientation professionnelle et entrepreneurs ont lancé leur carrière dans le secteur des technologies grâce aux bootcamps d'Ironhack. Commencez votre nouveau parcours professionnel et rejoignez la révolution technologique!